Le cinéma de René Goscinny

Posted on Posted in Etudes sur la BD

En écho à l’expo du mahj  une belle expo  coproduite par la Cinémathèque française et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, en partenariat avec l’Institut René Goscinny.

Les deux expositions font l’objet de catalogues dont la lecture est trés élairante sur le parcours intime et professionnel  de ce scénariste de génie .

Ce scénariste de génie était fan de western et est devenu trés vite « gagman » anonyme pour Bourvil (Le Tracassin ou les plaisirs de la ville, Alex Joffé, 1961) pour finir  patron du premier studio d’animation européen. René a poursuivi son idée fixe :un  désir de cinéma, né dans les années 30 devant Blanche-Neige et les 7 nains (Walt Disney, 1937) et La Chevauchée fantastique (Stagecoach, John Ford, 1939) il l’exprime dans l’ écriture de ses scénarios de BD et finalement dans quatre longs métrages : Astérix et Cléopâtre (1968), Daisy Town (1971), Les 12 travaux d’Astérix (1976) et La Ballade des Dalton (1978).

L’exposition lui rend un hommage mérité dans une mise en espace très habile :en sept parties, des premiers chocs enfantins au César posthume qui lui est décerné en 1977 par « les professionnels de la profession » reconnaissants.  On entre dans l’ univers des BD à travers des décors de cinéma ( la salle de classe du Petit Nicolas , la salle des costumes d’  Astèrix ) On notera la pertinence des montages d’extraits de films qui ont inspiré des BD qui ont inspiré des films ( voir la trame autour de Cléopâtre et du travail d’ Alain Chabat ) , ailleurs on voit comment Renè replaçait dans Lucky Luke les scènes clefs de ses Westerns favoris  , preuve de son extroardinaire mémoire visuelle . On écoutera aussi avec émotion des documents audio rares comme l’enregistrement de la séance de travail sur la Ballade des Daltons un jour avant sa mort … Et bien plus on redécouvrira des planches de BD publiées dans Pilote en hommage au cinéma ainsi que ses Minichroniques réalisées pour la TV …

Un retour salutaire dans le monde de notre enfance à compléter par la révision des westerns classiques , des péplums autour de Cléopâtre , de l’univers du Petit Nicolas d’ Astèrix et de Lucky Luke…

plus d ‘ infos sur http://www.cinematheque.fr/cycle/goscinny-et-le-cinema-402.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *