Cannes 2015 : shamans

Posted on Posted in Festival de Cannes

Cette année pas d’accréditation marché ni festival mais juste à la Quinzaine des Réalisateurs et à la semaine de la critique

Mes coups de coeur :

Ni le ciel, ni la terre » de Clément Cogitore,

avec Jérémie Rénier, Kévin Azaïs, Swann Arlaud et Finnegan Oldfield,

Ce film est très original car il fait appel à plusieurs genres cinématographiques à savoir le film de guerre, le film fantastique et le film métaphysique.il décrit le quotidien de soldats français en Afghanistan, isolés et confrontés à des disparitions mystérieuses.
Le casting principalement masculin est très cohérent:on ressent la solidarité ici puis la peur qui envahit peu à peu chacun des soldats .

Le contexte de la guerre d’Afghanistan est un prétexte pour une parabole plus large sur la notion d’occupation des territoires Étrangers.Mais ici l’étranger se fait étrange:il est question de soldats qui disparaissent de façon mystérieuse quand ils s’endorment..Ces disparitions interrogent sur les rapports entre  raison et surnaturel.Chrétiens comme musulmans ont alors recours à des textes sacrés pour donner du sens à ce mystère.Tous les personnages se questionnent à l’image du caporal joué par Jérémie Rainier qui refuse d’abandonner ses hommes sur le terrain.
Comme le titre le laisse envisager il est question ici d’un tiers lieux monde invisible entre celui des rêves et du purgatoire…Le récit nous questionne sur le sens de la guerre et de la mort nous laissant libre de donner du sens à ce que l’on vient de voir où justement ne pas voir….

L étreinte du serpent ( el abrazo de la serpiente )

Un film de Ciro Guerre présenté à la Quinzaine des Réalisateurs Cannes 2015

Une œuvre belle et complexe qui redonne sa place à la tradition des sages amazoniens :Karamakate, chaman amazonien, le dernier survivant de son peuple, vit isolé dans les profondeurs de la jungle. Il est devenu un chullachaqui, la coquille vide d’un homme, privée d’émotions et de souvenirs. Sa vie bascule lorsqu’Evan, un ethnobotaniste américain, débarque dans sa tanière à la recherche de la yakruna, une mystérieuse plante hallucinogène capable d’apprendre à rêver. Karamakate se joint à sa quête et ils entreprennent un voyage au cœur de la jungle.

Le réalisateur colombien Ciro Guerra rend un bel hommage à son pays natal avec une œuvre en noir et blanc ( et couleurs à la fin avec un sens symbolique très bien rendu …).Le récit est inspiré des journaux des premiers explorateurs de l’ Amazonie Colombienne qui relatent leur rencontre avec un Chaman Indien .

Le film est conçu du point de vue du Chaman que l’ on voir à deux étapes de sa vie avec deux explorateurs différents . Le temps se télescope entre passé et présent dans un univers ou tout est savoir et signes ..

Mention spéciale aux acteurs colombiens  dont s’est la première prestation et la première venue en France .

voir la séance en présence de l’équipe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *