Avignon Off 2014

Posted on Posted in Festival d' Avignon

C’est avec plaisir que j’ ai passé 4 jours dans la ville du théatre en me cantonnant au Festival Off qui proposait plus de 1200 spectacles .J’ ai particulièrement apprécié l’ exposition de la Maison Jean Vilar consacrée à Hamlet ( avec une belle mise en scène du texte et adaptations théâtrales et cinématographiques) et à la mise en scène du prince de Hombourg de Kleist par Jean Vilar avec Gérard Philippe ( repris dans la programmation du IN ) . La visite se complète par la lecture du numéro 117 des cahiers Jean Vilar consacré à Shakspeare .L’expo sera reprise dés septembre

Plus d’infos sur http://maisonjeanvilar.org/public/accueil.html

Un coup de cœur sur une adaptation d’un texte d’ André Benedetto au Théâtre des Carmes

Après Diderot, Copeau, Jouvet, Vilar cet auteur inspiré témoignage sur le travail et le métier d’acteur, si concret, si vivant, si direct, imprégné d’humour.
« C’est l’histoire de l’acteur loup. C’est mon histoire, l’histoire de l’acteur d’un acteur simplement qui est loup, qui est fou », joué avec talent par un athlète affectif, Yann Karaquillo .

( voir http://www.theatredescarmes.com/ on peut s’y procurer le texte pour 5 euros )

Et pour finir un coup de cœur pour 4 spectacles.

L’histoire du cinéma en 1h10 pétantes

Quand un problème empêche la projection de leur film, 6 comédiens vont se lancer dans un pari complètement fou : nous raconter l’histoire du cinéma en 1h10 pétante avec les accessoires qu’ils trouveront dans les coulisses. Et c’est parti pour un voyage dans le temps avec plus de 100 personnages, des anecdotes, des scènes mythiques et des films cultes, pour le plus étonnant des hommages au cinéma ! Le résultat est très plaisant mais on est plus dans la parodie que la cinéphilie , le cinéma Français est égratigné de façon un peu caricatural ( Godard , Besson ) et les films à la Tarentino sont sur représentés . Cependant on passe un bon moment grâce à l dynmique du jeu des acteurs . Plus d’infos sur le site http://www.lechromosome42.com/ et l’ entretien filmé avec le metteur en scène Rémy S .

E Gènération écrit et mise en scène par Jean Christophe Dollé

E-Génération est une pièce « philosophique » sur notre rapport aux machines multimédias avec une série de scènes traitant de questions impertinentes telles que :
Peut-on avoir 300 amis sur Facebook et se sentir seul?
Une thérapie de groupe pour se sevrer de son portable?
Internet nous incite-t-il à avoir des relations virtuelles
E-Génération: c’est un monde où se croisent des personnages loufoques, drôles, émouvants, confrontés à des situations décalées parfois dramatiques incarnées par 12 comédiens en pleine forme …Manque juste un fil rouge entre les différentes scènes jouées en duo ou en groupe.Le metteur en scène a fait un travail très documenté sur le net et donné libre court aux talents d’improvisation de ses comédiens . Le résultat est assez jubilatoire et nous fait réfléchir .On passe des nouveaux rapports amoureux à la quéte de Dieu ( dont le net incarne les qualités d’omniscience et d’ omniprésence ) .

Little Boy de Règis VLAKOS sur une mise en scène de Christophe Luthringer avec pour I-interprètes  Christophe Alévêque, Régis Vlachos et Charlotte Zotto .

« Little Boy », c’est le nom de la bombe lancée sur Hiroshima. Claude, le pilote de l’avion météo qui donna le feu vert à son largage, quitte l’armée et deviendra fou dit-on. Il sera interné après avoir commis d’étranges cambriolages. Un mystérieux philosophe vient alors lui rendre visite. Ils ont du mal à se comprendre . Le penseur joué par Régis Vlachos est prisonnier de son langage abscon , il cherche à inciter Claude à témoigner pour dénoncer son conditionnement et l’ usage militaire du nucléaire . Ce dernier joué avec talent par Christophe Alévêque est toujours en état de stress post traumatique : il ne peut se réinsérer dans un monde dont il ne comprend plus la logique . Un très beau spectacle tragi-comique qui nous fait réfléchir sur les impasses de la science et de la raison sans oublier une touche de poèsie visuelle .

A la table de l’ Eternité de Mohamed Kacimi mis en scéne pat Isabelle Starker

Mohamed Kacimi (Le jour où Nina Simone…) réinvente l’histoire de Job aujourd’hui: un pays de soleil, de jasmin, de rosé frais et…de snipers sur les toits. Dans son restaurant « A la table de l’éternité – gastronomie d’antan »vont débarquer le Diable puis Dieu, incarné par Francine Bergé, qui refont leur terrible pari. On oscille entre le thriller fantastique et comédie grinçante : les acteurs sont tous très impliqués traversés de pulsions contraires . Le récit est une belle métaphore de nos guerres civiles actuelles , il pose la question de la justice dans un monde au mains de déimurges sans âme ( ici un Dieu féminin a accouché du Diable …) . A l’issue de la pièce on se questionnera longuement sur les limites de l’ endurance humaine et de sa responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *