Cannes 2012 : oecuménisme

Posted on Posted in Festival de Cannes

Cette année je me suis concentré sur les compétitions hors palais  du festival

ACID :Stalingrad Lovers de Fleur Albert

avec Avec : Jean-Patrick Kone, Carole Eugénie, Jean-Paul Edwiges, Mehdi Kadri, Eriq Ebouaney, Françoise Le Plenier, Lionel Codino, Mamadou MintePlongée lyrique dans une communauté d’usagers et dealers de crack. Entre chasse au client et attente du produit, entre film noir et néo-réalisme, il est question de survivre à la rue ou d’y mourir. Isaïe a son prophète, il s’appelle Medhi. Celui-ci lui a laissé du fin fond de son overdose son corps à enterrer et un héritage de commandements se posant au milieu des tombes anonymes, des squats perdus, comme autant de jalons d’une marche à suivre. Isaïe le sait. Son chemin de rédemption en dépend.

Un film original et sans concession , tourné avec des acteurs qui ont connu la galère de la rue et de la drogue ce premier long métrage touche par son réalisme quasi documentaire et ses références à la mythologie grecque . En effet Isaie devra franchir le Styx, passer au travers des cris des morts et des couloirs obscurs pour honorer ses dettes et délivrer l’esprit errant de son vieux pote Medhi. En quête de lumière il va se heurter au démiurge de ce monde clos qui distribue les rôles entre dealers de mort , il est partagé entre promesse d’ amour et promesse envers un mort . Mais il s’ agit surtout de couper court aux cycles d’un éternel recommencement pour mieux vaincre cette enfer de la drogue qui plombe tous les personnages de cette belle mais sombre fable ..

Quinzaine des réalisateurs

Camille Redouble de Noémie Lvovsky France / 2h00 / couleur

Camille a seize ans lorsqu’elle rencontre Éric. Ils s’aiment passionnément et Camille donne naissance à une fille…
25 ans plus tard : Éric quitte Camille pour une femme plus jeune.
Le soir du 31 décembre, Camille se trouve soudain renvoyée dans son passé. Elle a de nouveau seize ans. Elle retrouve ses parents, ses amies, son adolescence… et Éric.
Va-t-elle fuir et tenter de changer leur vie à tous deux ? Va-t-elle l’aimer à nouveau alors qu’elle connaît la fin de leur histoire ?

Un très beau film à l’ italienne sur le temps qui passe on est sans cesse pris entre un sourire et un larme , le thème du voyage dans le temps est traité à la Coppola de « Peggy Sue s’est mariée ».Pour son cinquième film l’ actrice réalisatrice se donne un rôle pas si facile à tenir mais sait s’entourer d’acteurs touchants ( Yolande Moreau en maman poule , Michel Willermoz en papa gateau , JP Léaud en horloger illuminé , Mathieu Amalric en prof de sciences )La réalisatrice confirme un art du décalage dans le traitement de ses sujets et aborde l’ air de rien un grand sujet philosophique : existe t il en nous une part d’irréductible que le temps n’ altère pas ?

Drawn From Memory de Marcin Bortkiewicz Court métrage / Pologne / 25 mn / couleur

Marek décide de réaliser un film documentaire sur sa grand-mère. Elle accepte à condition de réaliser son rêve : interpréter un vampire dans une série de films d’horreur amateurs. Au fil du temps, Marek s’aperçoit que sa grand-mère perd la mémoire , il réalise alors qu’il fait un film totalement différent de celui qu’il avait initialement entrepris.Une très belle vision de la création et de la maladie ou comment transfigurer la déchéance d’un être cher : l’auteur alterne les passages burlesques et émouvants , il témoigne de son amour pour le cinéma et sa grand mère sans pathos aucun .. Un début très prometteur .

Semaine de la Critique

Les Voisins de Dieu I réalisateur : Meni Yaesh ISRAËL-FRANCE 
2012 1H38

Avi, Kobi et Yaniv, trois bons copains, se sont auto-désignés surveillants d’un quartier de Bat Yam en Israël. Ils sont jeunes, savent se battre, Avi est leur chef. Ils surveillent les tenues des femmes, font respecter le shabbat, et s’assurent que les Arabes de la ville de Jaffa n’entrent pas dans le quartier avec leurs voitures diffusant de la musique tonitruante. L’équilibre de la bande vacille le jour où Avi tombe amoureux d’une jeune fille.

Un film prenant qui fait parfois penser aux premiers Scorcese : on voit un microcosme d’ amis se disloquer à l’ occasion d’une rencontre amoureuse , le dogme religieux contre l’ expérience vécue , très subtil le film ne juge pas ces personnages mais constate les méfaits du dogmatisme et le conditionnement d’une certaine jeunesse .Une issue est possible via la prise de conscience du personnage principal . A méditer par ces temps d’ obscurantismes ..

Et cette année un documentaire sur le prix oecumé

nique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *