Avignon Off 2011

Posted on Posted in Festival d' Avignon

URGENT CRIER Le Théâtre des Carmes s’est associé à Philippe Caubére pour rendre hommage à André Benedetto, fondateur du OFF disparu pendant l’ édition 2009.

Armé d’un guitariste électrique et d’un micro , devant des visions photographiques de Benedetto et de ses fantômes, désarmé le reste du temps, c’est à dire à voix nue, Philippe Caubère incarne le poète, l’acteur, le démiurge. Trois textes, l’un polémique sur Vilar et le Festival d’Avignon, un autre sur Artaud et Marseille, un « Magnificat » enfin pour Gilles Sandier, sont enchâssés dans la poésie révolutionnaire des années 60 qui célèbrent -et raillent- les beatnicks, 68 et le Festival dans les yeux duquel déjà, le 31 juillet 68, André Benedetto plonge son regard de braise et « voit » TOUT: « au festival je n’ai pas vu le peuple, je n’ai vu que des flics ». Flamboyant et rock and roll, le spectacle nous montre un homme révolté et lucide qui n’oublie jamais d’ être drôle .Caubére se met au « service »de ce poéte peu connu qui l’ a formé , il ne récite pas ses textes mais incarne l’ homme «  marxiste hérétique » qui se reconnaît dans tous les damnés de la terre.

On frémit devant l’ évocation de la tragédie d’ Artaud et on s’ esclaffe devant la portrait de l’ acteur méridional «  fait comme un rat ». Et au final on a envie de relire Benedetto dont l’ œuvre est actuellement réeeditée ….

1929 ou Moustic & Mastoc font du cinéma par Jean Hervé Appéré et Guillaume Collignon

Un duo magique qui combine une pincée de commedia, trois gouttes d’épouvante, une louche de pantomime, quelques kilos de musique, le tout assaisonné de burlesque façon Tati et Chaplin .La pièce est Un hommage jubilatoire aux derniers feux du cinéma muet à  Keaton et Laurel et Hardy mais aussi au « Nosferatu » de Murnau mimé avec talent Guillaume Collignon et Jean Hervé Appéré se travestissent , jouent avec des instruments et le public . On se s’ennui pas une seconde ..

Le Petit Prince deAntoine de Saint-Exupéry

Interprète(s) : Maud Vandenbergue  Mise en scène : René-Marie Meignan

Dans un cadre apaisant  on voyage  à travers l’imaginaire de l’aviateur nomade subtilement mis en scène avec des jeux de lumière envoutants

Maud Vandenbergue réussit le tour de force d’incarner l’aviateur, le Petit Prince, la rose, le serpent, le renard avec une grande sensibilité. Elle captive les spectateurs ravis, autant les petits que les grands Les questions du Petit Prince confrontent l’homme à ce qu’il a été: un être d’innocence, capable de s’émerveiller, de croire et de rire de tout…

Vous pouvez retrouver l’actrice et le metteur en scène  dans notre rubrique vidéo  théâtre

Mystère Pessoa, mort d’un hétéronyme mise en scène de Stanislas Grassian Interprètes : Raphaël Almosni, Jacques Courtès, Florent Dorin, Stanislas Grassian, Nitya Raimond

Et si Valéry, Cocteau, Cendrars et Apollinaire n’étaient qu’un seul homme? L’immense poète portugais Fernando Pessoa se crée de multiples personnalités. Drôles, graves et profonds, ses textes sublimes et ses réflexions sont organisés en un dialogue avec ses hétéronymes. Ce spectacle original offre à un vaste public la beauté surréaliste des pensées d’un génie méconnu du 20ème siècle.
Entre tragédie d’un homme seul et comédie de la vie qui passe le spectacle nous fait entrer dans le tête complexe de Pessoa : les acteurs lui donnent des voies discordantes mais toujours justes ..Mention spéciale à la danse envoutante de la comédienne …

Et si notre monde n’ était que le songe d’un dieu fou ? Qui sommes nous vraiment ? On a envie de continuer à creuser ces questions après avoir vibré à ce spectacle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *