Goscinny le virtuose du rire

Posted on Posted in Bd Franco Belge

À l’occasion de la commémoration des quarante ans de la disparition de René Goscinny, le mahJ, en partenariat avec l’Institut René Goscinny, présente une belle rétrospective consacrée au co-créateur d’Astérix et du Petit Nicolas. L’exposition rassemble plus de 200 œuvres, dont des planches et scénarios originaux, et de nombreux documents inédits issus des archives Goscinny.

L’exposition met ainsi en lumière la créativité de celui qui a offert à la culture française plusieurs héros mythiques : Astèrix revisite nos origines du point de vue de deux  » étrangers » tandis que Lucky Luke renouvelle le genre du Western avec humour et dérision …

Conjuguant approches chronologique et thématique, l’expo  retrace le parcours de ce fils d’émigrés juifs originaires de Pologne et d’Ukraine, né à Paris en 1926 : Goscinny voyagera beaucoup avant de se fixer en France et de fonder le journal Pilote
Le résultat est indéniablement une réussite : cinq cents millions de livres et d’albums vendus dans le monde, des œuvres traduites en cent cinquante langues, une centaine d’adaptations cinématographiques… Parodies, calembours et traits d’union métaphysiques forment le versant le plus célèbre du style d’un écrivain pour lequel l’histoire, la langue française et l’enfance ont été des sources d’inspiration et des moteurs de création constants.

On redécouvre un homme généreux qui excelle dans l’art de la parodie : point de réference explicite au judaïsme dans son œuvre ( son père était Franc Maçon Laïc ) mais une méfiance envers les fausses croyances ( voir Astèrix et le le Devin   ) et une défiance envers les communautarismes ( voir Les Rrivaux de Panful Gulch dans la série Lucky Luke ) . Fan de Disney et collaborateur de la revue Mad il aurait voulu être dessinateur ( voir les planches du détective Dick Dicks) mais a eu la sagesse de collaborer avec des dessinateurs de talent ( dont Sempé dont on redécouvre le petit Nicolas en BD) , c’est grâce à lui que le métier de scénariste va avoir un vrai statut et que le format de l’ album de 48 pages se répand avec la création de Edifrance : il travaille avec une machine à écrire ( qui ouvre l’expo dans une mise en scène étonnante ) et crée une histoire à partir de lieux et personnages prétextes à des gags qui nous font toujours rire ( il n’ a plus de limite dans l’usage des jeux de mots dans la série Iznogoud avec Tabary …)

L’exposition est accompagnée de conférences et de rencontres, ainsi que d’un programme pédagogique

Son catalogue est co-édité avec les éditions Hazan: on y redécouvre de très belles planches et des dessins inédits ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *