Cinemed 2014

Posted on Posted in Cinemed

Pitchipoi France – 2013 – 1 h 40 mn – Réalisation : Charles Najman

Scénario : Charles Najman – Image : Sylvain Verdet – Décor : Bénédicte Walravens – Montage : Lise Beaulieu – Musique : Jean-François Pauvros – Son : Rosalie Revoyre, Béatrice Wick, Bruno Tarrière – Interprétation : Xavier Gallais, Laurent Lacotte, Sabrina Seyvecou, Serge Merlin, Michèle Moretti, Sarah Grappin, Jackie Berroyer, Denis Lavant –

Julien Schulmann est humoriste. Il vient de perdre son père, un juif polonais, survivant des camps d’extermination. Avant de mourir, son père a laissé un « testament » où il demande à son autre fils, Pierre pourtant disparu depuis deux ans, de disperser ses cendres en Pologne sa terre d’origine. Cette préférence familiale sera un choc cruel pour Julien qui va ouvrir en lui un abîme, dévoilant peu à peu un secret indicible…

Un film surréaliste et kafkaien sur l’ identité juive : Najman ose une variation sur le mythe de cain et d’abel et du juif errant . Ici point de nationalisme mais une interrogation sur la mémoire et la quête utopique d’un paradis sur terre …Le personnage principal humoriste en crise devient tragique comme la condition humaine …

La nuit de Varennes France/Italie – 1982 – 2 h 30 mn – Réalisation : Ettore Scola

Scénario : Sergio Amidei, Ettore Scola – Image : Armando Nannuzi – Musique : Armando Trovaioli – Interprétation : Jean-Louis Barrault, Marcello Mastroianni, Hanna Schygulla, Harvey Keitel, Jean-Claude Brialy, Daniel Gélin, Andréa Ferréol, Michel Vitold, Laura Betti

Une troupe de batteleurs vénitiens installés au bord de la Seine montrent à un public attentif des images animées du début de la Révolution, grâce à une lanterne magique. Restif de la Bretonne commente les événements de sa table de travail. Il insiste sur la fuite du roi à Varennes et devient à partir de cet instant le chroniqueur du film qui va relater ce voyage.

Un chef d’ œuvre qui nous fait voyager dans l’espace temps et traite en second plan la fuite du Roi. Scola nous montre des artistes et philosophes splendides et décadents ( Restif et Casanova ) interprétés par des acteurs français italiens et américains. Son propos nous montre le cycle de la violence et la fatalité de toute fin de règne sans juger quiconque .La vraie révolution reste à venir ?

Le grand embouteillage Italie – 1978 – 1 h 55 mn – Réalisation : Luigi Comencini

Scénario : Luigi Comencini, Ruggero Maccari, Bernardo Zapponi – Image : Ennio Guarnieri – Musique : Fiorenzo Carpi – Interprétation : Alberto Sordi, Annie Girardot, Marcello Mastroianni, Fernando Rey –

Aux abords de Rome s’est formé un embouteillage monstre qui semble ne pouvoir se résorber avant le lendemain. Les automobilistes vont devoir patienter dans cet univers de tôle, dans un environnement lugubre. Il y a un PDG pressé, divers couples, un acteur connu, une fille enceinte, un routier sympa, une féministe… Au cours de l’insupportable attente vont se déchaîner les passions et les haines…

Un film choral à la Altman heureusement réedité par Tamasa : Monicelli nous donne une vision à la fois cocasse et noire de la société de consommation . On retrouve avec plaisir des acteurs français ( Depardieu, Deware , Girardot ) et italiens ( Mastroianni dans une savoureuse mise en abîme de son personnage de séducteur ) au meilleur de leur forme . La tragicomédie Italienne n’ a jamais été aussi caustique : l’ embouteillage évoqué est la métaphore de la société italienne de l’ époque pétrie de contradictions et paralysée par les intérêts catégoriels .

Le Veau d’ Or Maroc/France – 2013 – 1 h 27 mn – Réalisation : Hassan Legzouli

Scénario : Hassan Legzouli – Image : Marc-André Batigne – Montage : Jean Thomé – Musique : Serge Tasseyo-Gay, Khaled Aljaramani – Son : Samuel Cohen – Interprétation : Nader Bousendal, Morad Sail, Mohamed Majd, Abdou El Mesnaoui –

Le père de Sami, 17 ans, l’envoie dans un petit village de l’Atlas marocain pour faire de lui un homme. Sami n’a qu’une idée en tête : retourner en France avant son 18e anniversaire pour obtenir la nationalité française et retrouver Mélanie, sa petite amie. Sami et son cousin Azdade échafaudent un plan : voler un bœuf dans le ranch de la famille royale et le vendre pour payer la traversée qui les ramènera en France.

Un bel hommage déguisé à Sergio Leone : l’ ambiance est au road movie dans de splendides paysages où évolue un jeune Français exilé suite à ses ennuis de casier en métropole .

Son cousin ( joué de façon sensible par Ramzi ) joue le mentor gauche et pas toujours avisé .

Tourné au moment de la mort de Hassan 2 ce film révèle la fragilité d’une société patriarcale sclérosée ou le vol d’une vache peut prendre des proportions hors du commun alors que les femmes voilées ne sont pas ce qu’elles cachent ….

CM : Poison France – 2014 – 26 mn – Réalisation : Aurélien Vernhes-Lermusiaux

Scénario : Aurélien Vernhes-Lermusiaux, Audrey Fouché – Image : Claire Mathon – Décor : Léa Philippon – Montage : Thomas Glaser – Son : Vincent Verdoux – Interprétation : Adélaïde Leroux, Paul Frechou, Sacha Robert Tilman, Nathalie Boutefeu, Samir Guesmi –

Adélaïde et ses deux enfants, Jean et Sacha, passent quelques jours en montagne. En traînant sa famille dans de longues randonnées, elle espère leur faire découvrir la trace d’un souvenir caché.

Ce film a reçu le soutien financier de la Région Languedoc-Roussillon en partenariat avec le CNC.

Et c’est mérité car le ton est très original : inspiré de Murakami le réalisateur donne un aspect fantastique à une histoire de deuil familial avec méchant loup et pluie de poissons .

Mais c’est surtout une belle histoire d’ amour et de survie très bien jouée et mise en scéne .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *