Angoulême 2010

Posted on Posted in Festival d' Angoulême

Rendez-vous international des éditeurs, des auteurs et des fans de BD, Angoulême est un festival à la fois populaire et commercial où on ne peut distinguer ni in ni off !

Cette année encore le festival fait la part belle aux images animées avec plusieurs spectacles multimédias d’un intérêt inégal.
Le désormais  traditionnel concert de dessin crée en 2005 permet au public d’assister en direct à la création d’une histoire dessinée sur un scénario de ZEP ( le papa de Titeuf) et une musique d’ Areski Belkacem avec les musiciens d’Alain Bashung et de Brigitte Fontaine : plusieurs auteurs interviennent seuls ou en groupe pour  improviser de concert .
Le tout dégage une belle énergie et une certaine magie poétique : la quintessence du spectacle vivant …

Cette année le duo créateur de la série des Cités Obscures Schuiten et Peeters nous a gratifié (gratuitement de surcroit) d’une relecture publique de leur dernier album : « Contes et légendes du monde obscur » ou l’histoire d’un enfant trop curieux dans un monde qui vit dans un présent éternel et totalitaire ..
Le duo commente de façon distanciée et parfois humoristique de belles images projetées sur une musique de leur complice Bruno Letort ..
Cette belle invitation au voyage et à la révolte devrait être reprise au centre Pompidou.

Rencontre avec Benoit qui dirige également les impressions Nouvelles

Enfin Enki Bilal a proposé une relecture de ses trois longs métrages «  Bunker palace hôtel, Tycho Moon et Immortel » avec une mise musique de Goran Vejvoda ..
Il s’agissait de créer un nouveau film autour de la figure du « monstre » en mettant bout à bout des extraits de films déformés et ralentis par Bilal lui-même doté d’une palette graphique et d’un sampler ..
Il faut avouer que le résultat ne fut pas très probant et plutôt hermétique pour ceux qui ne connaissent que l’œuvre dessinée de l’auteur.
Nous pouvons juste vous inviter à voir ces 3 films dans leur intégralité pour apprécier leur vision singulière d’un monde  bureaucratique et déshumanisé ou l’amour et la passion peuvent néanmoins surgir.

Le Festival consacre aussi de futurs jeunes talents

Que dire de la sélection des 56 BD ? Pas grand-chose faute d’avoir eu le temps de toutes les lire, mais juste saluer l’éclectisme des choix qui se reflète en partie dans le palmarès final !
(certains Albums seront chroniqués par la suite)

Coup de coeur pour un éditeur asiatique original qui met en avant un juge très original

Donc je ne peux que vous inviter à lire des BD au lieu de passer votre temps devant la TV ou sur le NET et s’il vous plait : pas sur vos portables (comme certains commerçants avisés essayent de le vendre !)

Pour plus d’infos sur son histoire une visite à la nouvelle Cité  de la BD d’Angoulême s’impose même en dehors du festival !
Un petit aperçu sur le site : http://www.citebd.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *